Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

2010-08-31T14:19:00+02:00

Pensées du jour Omraam Mikhaël Aïvanhov août 2010

Publié par Rosy

  

pens-e-du-jour-photo-omar.jpg 

Liens avec : Pensée du jour Omraam Mikhaël Aïvanhov - Juin 2010

 

Pensée du jour Omraam Mikhaël Aïvanhov - Juillet 2010

 

Pensées du jour (avril 2010) Le Maître Omraam Mikhaël Aïvanhov

 

 Pensée du mardi 31 août 2010
 
Amour - état de conscience permanent
"Vous comprendrez ce qu’est véritablement l’amour quand vous cesserez de le considérer comme un sentiment. Le sentiment est obligatoirement sujet à des variations selon qu’il s’adresse à telle ou telle personne, alors que l’amour véritable est un état de conscience indépendant des êtres et des circonstances.
Aimer, ce n’est pas avoir un sentiment pour quelqu’un, mais vivre dans l’amour et faire toute chose avec amour : parler, marcher, manger, respirer, étudier avec amour… Aimer, c’est avoir accordé tous ses organes, toutes ses cellules et toutes ses facultés pour qu’ils vibrent à l’unisson dans la lumière et dans la paix. L’amour est donc un état de conscience permanent. Celui qui a atteint cet état de conscience sent que tout son être est imprégné de fluides divins et tout ce qu’il fait est une mélodie."

Omraam Mikhaël Aïvanhov

 

etc, aller voir la rubrique "Pensées du jour" .Toutes les anciennes (celles que j'ai mis,  pas toutes !)  y sont)).  

 

 Pensée du lundi 30 août 2010
 
Foi - ouvre seulement des portes
"À « la femme pécheresse » qui se tenait auprès de lui en pleurant et qui embrassait ses pieds, Jésus dit : « Ta foi t’a sauvée ». Mais il ne faut pas s’imaginer qu’il suffit de croire pour mériter le salut, ce serait trop facile ; n’importe qui peut avoir la foi et continuer à vivre comme un malfaiteur. Beaucoup de criminels disent qu’ils croient en Dieu, et c’est certainement vrai, mais ce n’est pas cette foi qui les sauvera. Une foi qui ne s’exprime pas par un comportement et des gestes correspondants, ou au moins des efforts pour y parvenir, est presque inutile. La foi n’est vraiment puissante que si elle est suivie par des actes qui sont en conformité avec ce que l’homme croit.
Prenons un exemple très simple. Vous croyez à l’efficacité d’un médicament, mais vous ne le prenez pas : vous n’avez évidemment aucun résultat. Mais si vous le prenez, grâce à votre foi il peut agir deux, trois, dix fois plus que si vous le preniez sans y croire. La foi ouvre des portes et des fenêtres, elle déblaie le terrain pour que vous puissiez passer. C’est là son pouvoir, et il est immense. Mais si vous ne faites pas l’effort d’avancer, à quoi ces ouvertures vous serviront-elles ?"

 

 

 Pensée du 29 août 2010
 
Ondes - venues des régions célestes. Apprendre à les capter

"La radio, le téléphone, le radar, la télévision, etc. sont autant d’applications pratiques d’une seule découverte : la circulation des ondes à travers l’espace. Mais pourquoi laisser la science et la technique exploiter seules cette découverte ? L’espace n’est pas uniquement traversé par des ondes qui permettent de téléphoner, de suivre un programme de radio ou de télévision. D’autres ondes plus subtiles encore le traversent ; l’air qui nous environne est saturé de courants, de messages que nous pouvons nous aussi capter. Car le Créateur a, si l’on peut dire, équipé l’être humain d’appareils qui lui permettent de recevoir les ondes qu’envoient les esprits les plus évolués, les Initiés, les Anges, les Archanges, toutes les entités célestes.

Pourquoi ne rester en communication qu’avec des humains qui font entendre tellement de cris, de revendications, de révoltes, de menaces ? Il est temps d’apprendre à utiliser ces appareils que le Seigneur nous a donnés : le cerveau bien sûr, mais aussi le plexus solaire, le centre Hara, les chakras… pour entrer en communication avec les êtres qui nous sont supérieurs, nous harmoniser avec leurs longueurs d’ondes, entrer dans leur bonheur, dans leur lumière et dans leur paix."

 

 

 Pensée du samedi 28 août 2010  
Possessions matérielles - n’apportent pas le bonheur
 
"Combien de souffrances dont se plaignent les humains viennent de ce qu’ils voudraient s’emparer de ce qui appartient à d’autres : objets, terrains, hommes, femmes, situations, etc. Et c’est évidemment aux autres qu’ils s’en prennent trouvant qu’ils font obstacle à leurs convoitises et à leurs ambitions. Jamais ils ne pourront se délivrer de ces souffrances, s’ils ne commencent pas par comprendre qu’ils en sont eux-mêmes la cause.
Tous les humains connaîtront ces sortes de souffrances tant qu’ils n’auront pas aussi compris que rien de ce qu’ils possèdent ou désirent posséder ne peut leur procurer le vrai bonheur. Quelqu’un souffre parce qu’il se trouve démuni, ou faible, ou malade, ou ignorant, ou laid, ou seul ; mais posséder la richesse, la puissance, la santé, le savoir, la beauté, et être entouré de beaucoup de gens, n’a jamais empêché personne de souffrir. On est même souvent étonné de découvrir dans quels tourments intérieurs se débattent des hommes et des femmes dont on dit qu’ils ont tout pour être heureux. Oui, ils ont tout sauf l’essentiel : le besoin de vivre la vie spirituelle, qui peut seule apporter le vrai bonheur."

Omraam Mikhaël Aïvanhov

 

 Pensée du vendredi 27 août 2010
 
Protection spirituelle - la recevoir dépend de nous
"L’espace autour de nous n’est pas vide, il est peuplé de milliards d’entités : des entités malfaisantes qui ont juré la perte de l’humanité, mais aussi, bien sûr, des entités lumineuses qui sont là pour l’aider et la protéger. Oui, mais l’aide et la protection de ces entités lumineuses ne seront jamais absolument efficaces si l’homme lui-même ne s’efforce pas de marcher sur le bon chemin.
Et aucun Maître spirituel non plus n’est capable de vous protéger si vous vous obstinez à mener une vie déraisonnable. Un Maître vous instruit, il vous éclaire, il essaie même de vous influencer par ses pensées et ses sentiments. Mais si par votre insouciance, votre légèreté ou même votre mauvaise volonté, vous détruisez tout son bon travail en vous et ouvrez vos portes aux entités ténébreuses, que peut-il faire ?"

 

 

 

 Pensée du jeudi 26 août 2010  
Ennemis - on ne s’en débarrasse pas en les exterminant
 
"Vous avez des ennemis et vous voulez les vaincre ? C’est entendu. Mais n’utilisez ni la calomnie, ni la ruse, ni la violence, ni la puissance de l’argent, etc. Les ennemis ne sont jamais réellement vaincus par ces armes-là, ils gardent toujours contre vous une animosité, et vous aurez à nouveau des histoires avec eux ; si ce n’est pas dans cette incarnation, ce sera dans la prochaine. Supposons même que vous ayez réussi à exterminer votre ennemi : vous n’avez fait disparaître que son corps physique. En réalité, on ne peut jamais anéantir un être : son âme est immortelle et, de l’autre côté, il continue à vous détester et à vouloir se venger. Donc, la guerre continue, ce n’est jamais fini.
Tout le monde se trompe, des pays entiers se trompent en croyant pouvoir anéantir leurs ennemis par les armes, l’espionnage ou les manœuvres politiques. Un pays peut toujours arriver à en neutraliser un autre pour un certain temps, mais tôt ou tard l’autre prendra sa revanche. Il y a donc d’autres méthodes à trouver."

 

 

 Pensée du mercredi 25 août 2010
 
Pensée - a les mêmes pouvoirs que les rayons du soleil
"On peut définir la magie comme l’application des lois de la physique au monde spirituel. Une de ces lois met en évidence la puissance de la concentration. Des rayons du soleil concentrés sur une bouteille de verre qu’un promeneur négligent a jetée en passant peuvent mettre le feu à toute une forêt. Eh bien, de la même façon, la physique spirituelle nous apprend que la pensée de l’homme a les mêmes pouvoirs que les rayons du soleil.
Celui qui a appris à concentrer fortement sa pensée en un point déterminé, peut produire des effets bénéfiques dans le monde. Peut-être qu’il n’en paraîtra rien dans le plan physique, mais dans les domaines éthérique, astral, mental, sa pensée aura brûlé beaucoup d’impuretés."

 

 

 Pensée du mardi 24 août 2010  
Entrer en vibration - avec les régions du monde spirituel
 
"Les musiciens connaissent bien ce phénomène. Voici deux diapasons absolument identiques : on touche l’un d’eux, il vibre, et l’autre qui n’a pourtant pas été touché, entre aussi en vibration. On dit qu’il y a résonance. Eh bien, un phénomène analogue se produit avec l’être humain : s’il arrive à accorder son être physique et son être psychique aux vibrations les plus subtiles de l’univers, il peut atteindre les puissances célestes pour faire un échange avec elles et recevoir ainsi aide et réconfort. Oui, c’est une façon de communiquer : vous parlez, et on vous entend ; vous pouvez même toucher certains courants de forces dans l’espace pour les faire venir jusqu’à vous.
Dès que vous connaissez cette loi, vous comprenez combien il est important de vous dépasser, de vous surpasser pour toucher les cordes les plus subtiles de votre être et les faire vibrer, car il y aura nécessairement des forces, des entités, des régions qui répondront en vous faisant bénéficier de leurs richesses."

 

 

 Pensée du lundi 23 août 2010
 
Alternance - loi de la vie
"Toute la vie est soumise à la loi de l’alternance, qui est la loi des contraires. Le matin, la lumière chasse les ombres de la nuit, et le soir, ce sont les ombres qui regagnent du terrain… Peut-on dire pour cela que la nuit est opposée au jour et le jour à la nuit ? Oui et non. Oui, parce que la lumière est le contraire des ténèbres, et non, parce que le jour et la nuit travaillent ensemble pour créer et entretenir la vie.
Avant de venir au monde, l’enfant passe neuf mois caché dans le sein de sa mère… Pour germer, les graines doivent rester un certain temps sous terre… Quant aux abeilles, elles tapissent leur ruche de cire parce qu’elles ont besoin de l’obscurité pour fabriquer le miel, etc. Combien de travaux commencent par se faire dans l’obscurité avant de sortir à la lumière ! Lumière et obscurité représentent des entités, des courants, des énergies que la nature utilise pour son travail."

 

 

 Pensée du 22 août 2010  
Nature - corps de Dieu vivant et intelligent
"Vous voulez que votre existence soit riche et pleine ? Acceptez l’idée que la nature est vivante et intelligente. Oui, non seulement vivante mais intelligente, car l’intelligence n’est pas uniquement le propre de l’homme. Bien sûr, c’est très difficile à admettre pour certains, mais il faut qu’ils le sachent : au fur et à mesure que nous changeons notre opinion sur la nature, nous modifions notre destinée.
La nature est le corps de Dieu et ce corps est vivant et intelligent. C’est pourquoi nous devons être extrêmement attentifs, respectueux envers lui et l’approcher avec un sentiment sacré. En regardant les pierres, les plantes, les animaux, les étoiles comme des cellules de ce corps vivant et intelligent, c’est en nous aussi que nous introduisons la vie et l’intelligence."

 

 

 Pensée du samedi 21 août 2010  
Feu de l’esprit - nourri par notre nature inférieure
"Vous vous demandez comment alimenter le feu sacré en vous : jetez-lui chaque jour des morceaux de votre nature inférieure. Oui, car c’est la nature inférieure, la personnalité, qui est prédestinée à alimenter le feu de l’esprit. Cessez donc de vous plaindre de ce que vous n’arrivez pas à vous débarrasser de votre nature inférieure, car sans elle non seulement vous ne pourriez pas subsister sur la terre, mais vous n’auriez pas d’éléments pour alimenter votre esprit.
Il existe une loi magique d’après laquelle, si vous voulez obtenir des résultats dans le plan divin, vous devez sacrifier quelque chose de votre personnalité. Et si vous allez trouver un Initié, un Mage, un grand Maître pour lui demander, par exemple, la guérison pour vous-même, pour un membre de votre famille, pour un ami, ou le succès de certaines entreprises, il vous expliquera que cela n’est possible que si vous renoncez à certaines faiblesses. Le renoncement aux satisfactions inférieures est comme un feu qui libère des énergies, et ces énergies vont alimenter la réalisation de tout ce que vous désirez de bon pour vous-même et pour les autres."

 

 

 Pensée du vendredi 20 août 2010
 
Visions et rêves - reflètent le niveau psychique de ceux qui les ont
"Pour avoir une idée juste concernant les visions que les clairvoyants disent avoir, il faut comprendre que la nature de ces visions est identique à celle des rêves. Ce n’est qu’une question de degré de conscience, la vision du clairvoyant se produisant à l’état de veille et le rêve se produisant pendant le sommeil. Vous vous demandez si on peut ajouter foi à l’un et à l’autre… Oui, mais seulement dans la mesure où ils vous renseignent sur le degré d’évolution de ceux qui ont ces visions ou ces rêves.
Les rêves et les visions possèdent toujours un sens, mais ceux qui ne sont pas parvenus à se dégager du plan astral inférieur recevront leurs visions et leurs rêves de ces régions obscures. Et, évidemment, on ne peut pas s’y fier pour avoir une réelle connaissance des choses, ou des réponses exactes aux questions qu’on se pose. C’est seulement lorsque l’être humain est parvenu à s’élever jusqu’aux plans causal, bouddhique, atmique, que ses visions et ses rêves peuvent nous éclairer sur la réalité."

 

 

 Pensée du jeudi 19 août 2010  
Mains - imprègnent les objets de nos émanations

"Sur tout ce que vous touchez, vous laissez des traces qui vous sont propres. Et le fait que, d’après les empreintes digitales, on puisse découvrir l’identité d’une personne, mais aussi que, dans le monde entier, on ne trouve pas deux empreintes identiques, prouve bien que la main est capable d’exprimer le caractère unique d’un être.
Tout ce qui passe par vos mains s’imprègne de vos fluides, de vos émanations, et transmet quelque chose de la quintessence de votre être. Quand vous faites un cadeau à quelqu’un, avec cet objet vous lui communiquez déjà quelque chose de vous, et si vous vivez une vie désordonnée, l’objet va transmettre les ondes négatives que, sans le savoir, vous y avez introduites. Même si l’objet que vous offrez est magnifique et de grand prix, celui qui le reçoit n’en retirera aucun bienfait. Donc, vous êtes, vous, plus important qu’un objet que vous donnez, soyez-en bien conscient."

 

 

 Pensée du mercredi 18 août 2010
 
Activité créatrice - donne les plus grands bonheurs
"Créer est le plus grand bonheur qu’un être humain puisse éprouver. Pourquoi ? Parce qu’en créant, il s’approche de l’essence même de Dieu. Dieu est le Créateur, et l’homme, qu’Il a fait à son image, peut être lui aussi créateur. Bien sûr, il ne s’agit pas de comparer les créations humaines à la création divine, mais de mettre l’accent sur cette vérité : le bonheur est dans l’activité créatrice, et en ce sens ce sont donc les artistes qui éprouvent les plus grands bonheurs. Vous direz : « Et les mystiques, et les savants ? » Oui, dans la mesure où ils peuvent être aussi des créateurs, ils éprouvent un bonheur identique à celui des artistes.
Et n’allez pas maintenant protester que vous avez connu des artistes tourmentés et très malheureux. En parlant du bonheur de l’artiste, je veux dire qu’au moment où il crée, dans l’acte de création, l’artiste vit dans la plénitude ; et par « artiste » on peut sous-entendre aussi n’importe quel être humain en train de créer."

 

 

Pensée du mardi 17 août 2010  
Sentiments - causes de leurs variations
 
"Il peut arriver qu’un ami pour lequel vous aviez beaucoup d’affection vous devienne indifférent, et vous avez alors tendance à penser que la cause en est qu’il a changé : il a perdu quelque chose de ce qui vous le faisait aimer. En réalité, c’est peut-être vous qui avez perdu un élément qui vous permettait de l’apprécier. Et voilà que cela se produit aussi parfois avec les disciples vis-à-vis de leur Maître. Lorsque le disciple est sincère et animé du désir de se perfectionner, il voit la lumière et la sagesse de son Maître. Mais lorsqu’il a d’autres intérêts, qu’il devient paresseux et abandonne ses exercices spirituels, il ne voit plus son Maître sous le même jour qu’auparavant.
Il faut donc être un peu psychologue pour comprendre la raison des changements que l’on croit observer autour de soi. Très souvent, on prétend que ce sont les autres qui ne sont plus ce qu’ils étaient, mais il faut d’abord s’analyser et on découvrira peut-être que c’est en soi-même que les changements se sont produits."

 

 

 Pensée du lundi 16 août 2010
 
Puissance - de l’être humain est dans la possession des deux principes. « Le Banquet » de Platon
"Platon, dans le dialogue intitulé « Le Banquet », évoque le mythe de l’androgyne primitif. Dans des temps très anciens, auraient vécu sur la terre des créatures humaines qui étaient à la fois mâle et femelle : elles étaient de forme sphérique et possédaient deux visages, quatre bras, quatre jambes, deux organes génitaux, etc. Ces êtres possédaient une vigueur exceptionnelle et, conscients de leur puissance, ils entreprirent de s’attaquer aux dieux. Très inquiets, ceux-ci cherchèrent un moyen de les affaiblir, et c’est Zeus qui trouva la solution : il fallait les couper en deux ! Ce qui fut fait. Et voilà pourquoi, depuis, ces deux moitiés séparées d’un même être ne cessent d’errer par le monde à la recherche l’une de l’autre pour s’unir et retrouver ainsi leur intégrité première.
Dans ce mythe rapporté par Platon, un élément est particulièrement significatif : pour affaiblir ces créatures qui menaçaient le pouvoir des dieux, Zeus décide de les couper en deux. L’idée qui ressort de ce fait est claire : la puissance de l’être humain réside dans la possession des deux principes. C’est cette union des deux principes masculin et féminin en lui qui le rend semblable aux dieux."

 

 

 Pensée du 15 août 2010  
Harmonie - base du travail individuel et collectif
 

"La musique n’est pas uniquement un assemblage de sonorités produites par des instruments. La musique existe déjà en l’homme comme une harmonie entre ses pensées, ses sentiments et ses actes. Tout accord harmonieux des pensées, des sentiments et des actes est musique. L’idéal du disciple est de réaliser cette harmonie en lui-même pour pouvoir entrer ensuite en harmonie avec tous les êtres sur la terre et dans l’univers entier.
Dans notre Fraternité, l’harmonie est la base même de notre travail collectif, harmonie intérieure d’abord, et ensuite harmonie avec tout ce qui existe. C’est pourquoi nous avons tout un répertoire de chants mystiques. Ces chants sont des clés magiques : ils nous ouvrent le monde de l’harmonie." 

 

 

 Pensée du samedi 14 août 2010
 
Eau - matière sur laquelle travaille le feu, l’esprit
"De la glace à la vapeur, les différentes formes que peut prendre l’eau dans la nature nous donnent une idée des différents états, du plus dense au plus subtil, par lesquels passe la matière, la matière psychique comme la matière physique. Sur l’eau (la matière), le feu (l’esprit) a tous les pouvoirs ; et comme l’eau, le feu peut être compris aussi dans les différents plans : physique, psychique et spirituel. C’est pourquoi, dans l’Initiation le travail spirituel est souvent présenté, symboliquement, comme l’action du feu sur l’eau. Chauffée par le feu de l’esprit, la matière est une eau qui devient de plus en plus pure et subtile.Alors, quelles applications pouvons-nous tirer de ces connaissances sur l’eau et le feu pour notre vie intérieure ? Elles sont nombreuses, mais en voici au moins une : puisque le feu a tout pouvoir sur l’eau, il est possible de réduire les tumeurs psychiques formées par l’accumulation de nos états négatifs, en faisant passer la matière en nous, l’eau, à l’état de vapeur par le moyen du feu, l’esprit. C’est ainsi que nous nous sentirons enfin dégagés, libres." Omraam Mikhaël Aïvanhov

 

Pensée du vendredi 13 août 2010  
Ennuis - éviter d’en accabler ses amis
"Quel plaisir peuvent trouver certaines personnes à raconter les détails les plus négatifs, les moins appétissants de leur existence ? Et ensuite elle s’étonnent que leurs amis les évitent ou les abandonnent. C’est vraiment une attitude stupide, il vaut mieux cacher tous ces détails-là. Vous direz que vous êtes malheureux, que vous souffrez et que vous avez besoin de vous confier… Je le crois. Mais comprenez que les autres ne peuvent pas tellement vous aider à trouver des solutions à vos problèmes, ils ont déjà les leurs, qu’ils arrivent difficilement à résoudre. Alors, pourquoi aller encore leur étaler les vôtres ? Non seulement vous perdez votre temps, mais vous baissez dans l’estime de vos amis, ils vous apprécient moins : ils se rendent compte que vous n’avez ni sagesse, ni maîtrise et ils sont déçus, ils s’écartent de vous.
Si vous ne voulez pas perdre vos amis, n’allez pas leur raconter vos ennuis, ne vous plaignez pas. Apprenez seulement à vous lier à toutes les Puissances célestes, à toutes les entités lumineuses qui sont prêtes à vous aider, et qui, elles, vous aideront réellement."

Pensée du jeudi 12 août 2010

Mal - certaines régions lui sont interdites
 "Dans la Bible, le serpent est le symbole du mal, mais d’après les kabbalistes il ne peut atteindre que certaines séphiroth : au-delà, la région la plus élevée formée des trois séphiroth Kéther, Hohmah et Binah, lui est interdite. Alors, quelle conclusion pouvons-nous tirer de cette affirmation pour notre vie intérieure ? Puisque nous sommes créés à l’image de l’univers, il existe aussi en nous-même une région où le mal ne trouve plus les conditions d’existence favorables. Dans les régions sublimes de notre être et de l’univers, règnent une telle lumière, une telle intensité de vibrations, que tout ce qui n’est pas en harmonie avec cette pureté, avec cette lumière, est désagrégé.
Oui, le mal n’a aucun droit d’existence dans les régions sublimes, il est repoussé. Il ne peut exister que dans les régions inférieures où il se promène, fait des ravages et tourmente les humains, parce que dans ces couches inférieures de la matière, toutes les conditions lui sont favorables. Donc, selon la région où vous vous trouverez, vous serez ou non atteint par le mal."

 

Pensée du mercredi 11 août 2010

Santé - trouver les moyens de renforcer la vie en soi

"Pour conserver et améliorer votre santé, vous devez apprendre à vous concentrer sur ce qui est vivant en vous et le renforcer. Oui, parce que seuls les éléments vivants peuvent s’opposer à la maladie.
Regardez : vous avez un abcès ou une plaie… Si les entités vivantes de votre organisme capables de refermer la plaie ou de faire sortir les impuretés de l’abcès sont incapables de réagir efficacement à cause de la vie désordonnée que vous menez, l’abcès ou la plaie vont s’envenimer. Vous pourrez utiliser tous les désinfectants, pommades et pansements possibles, si les entités vivantes en vous n’ont pas les conditions pour faire convenablement leur travail, les remèdes extérieurs resteront impuissants. Tandis que si vos ouvriers intérieurs peuvent travailler librement, même s’il n’y a rien ni personne pour intervenir de l’extérieur, ils remédieront à tout. Alors, c’est clair, vous devez changer votre façon de considérer la santé et chercher tous les moyens d’intensifier la vie en vous." 

     

Pensée du mardi 10 août 2010

Délire mystique - ne doit pas être confondu avec la véritable inspiration

  "Il y a des gens qui se disent inspirés par le Ciel. Et comment manifestent-ils cette inspiration ? Ils gesticulent, roulent des yeux dans tous les sens, tiennent des discours incohérents… ou bien ils restent figés pendant des heures dans une posture qui imite l’extase. Eh bien, en réalité, ce sont des déséquilibrés, des malades, et d’ailleurs le reste de leur comportement le prouve.
Même s’ils parlent du Ciel, du Saint-Esprit, des anges, des archanges, en réalité, parmi les gens soi-disant inspirés par le Ciel, il y a beaucoup de malades. Sans doute voulaient-ils entrer sincèrement en communication avec le monde divin, mais par manque de discipline, par manque de travail intérieur, ils n’ont réussi qu’à se lier aux régions souterraines du plan astral ; ils en reçoivent, bien sûr aussi, des messages et des ordres, mais des messages et des ordres dont ils feraient mieux de se méfier. Il faut apprendre à faire la différence entre l’inspiration et certaines formes de démence. Celui qui entre véritablement en contact avec le Ciel ne peut que recevoir des courants de lumière, d’harmonie et de paix."

Omraam Mikhaël Aïvanhov

 

Pensée du lundi 9 août 2010

 Aider les autres - une condition : garder ses bras libres

"On entend souvent souligner l’égoïsme de tellement de gens qui restent insensibles aux souffrances des autres.Pourtant, il ne manque pas de personnes qui ressentent spontanément ces souffrances et ces malheurs et qui décident d’intervenir. Alors, elles se lancent : elles parlent, elles prennent des initiatives. Mais voilà, elles ignorent que faire le bien nécessite toute une science.Quelqu’un est en train de se noyer et vous vous jetez à l’eau pour le sauver. Si vous ne savez pas qu’il va tout de suite essayer de s’accrocher à vos bras, et donc vous paralyser, vous allez périr tous les deux. Vous direz peut-être que vous savez cela. Oui, mais cet exemple doit être interprété et étendu à bien d’autres cas de la vie.Quelles que soient les circonstances, on doit penser d’abord à préserver la liberté de ses membres, c’est-à-dire ne pas se laisser paralyser par les exigences de ceux qu’on désire aider, sinon on sombre avec eux. Que de personnes ont été victimes du bien qu’elles voulaient faire ! Alors, elles se sont fermées, et elles ont même regretté toute leur vie d’avoir cherché à aider les autres. Il faut pourtant continuer à vouloir faire le bien, mais à condition de savoir comment. C’est-à-dire garder ses membres ou, plus exactement, ses bras libres." 
 Pensée du 8 août 2010
 
Impatience - perte d’énergies
"Soyez patient et vous vivrez longtemps. Vous direz : « Mais ce n’est pas possible, il faut dépenser tellement d’énergies pour supporter les situations et les gens difficiles ! » Non, au contraire. C’est dans l’impatience que vous gaspillez le plus d’énergies. Le calme et la  patience renforcent la vitalité et prolongent la vie. Celui qui, après avoir explosé, s’exclame : « Ah ! je me sens mieux ! » ne se rend pas compte que ce « mieux » est en réalité une grande perte. Qu’il s’analyse pour savoir ce qui se sent mieux en lui : sa nature supérieure ou sa nature inférieure ? Et un moment après, en repensant à cette explosion, est-il vraiment content de lui ? Ne se dit-il pas qu’il aurait été préférable qu’il sache se maîtriser ?
Cherchez à expérimenter en vous l’efficacité de cette vertu, la patience. Plutôt que d’avoir recours à toutes sortes de sirops, potions, élixirs et autres breuvages, buvez de la patience ! C’est elle qui ranimera en vous les puissances de la vie, des puissances insoupçonnées."  
 
Samedi 7 août 2010
  "Croyant que cela suffit pour excuser leurs faiblesses, certaines personnes disent :  « Que voulez-vous, je n'y peux rien, je suis faite comme ça ! » Eh bien, voilà un argument purement biologique qui nest pas convaincant du tout. Nous sommes tous Prenez-le pour guide, appuyez-vous sur lui et travaillez avec lui."  «faits comme ça » ! Mais nous tous, aussi, avons une intelligence qui est là pour remédier  à l'ordre biologique, et c'est grâce à elle que l'humanité a pu s'élever au-dessus de l'animal. Enlevez à l' homme cette intelligence, de nouveau il retombera dans la bestialité. C'est l'intelligence, c'est le principe spirituel qui cultive, améliore, perfectionne toutes choses. Si vous l'abandonnez en disant : « Je n'y peux rien, je suis fait comme ça », vous n'arriverez jamais à réaliser le moindre progrès. Il ne faut pas raisonner ainsi. Quel que soit votre tempérament, votre constitution, ne prenez pas cela comme un argument pour capituler cherchez au contraire ce facteur en vous qui peut tout améliorer et perfectionner. 
 
 Pensée du vendredi 6 août 2010
 
Saluer - en apportant quelque chose de bon aux autres 
"Dans tous les pays, c’est la coutume d’apporter quelque chose aux personnes auxquelles on rend visite : des fleurs, des gâteaux, des bonbons, etc. Cette tradition, très ancienne, est basée sur une loi : il ne faut pas se présenter chez quelqu’un les mains vides. Et non seulement il ne faut pas se présenter les mains vides, mais il est souhaitable d’aller toujours au-devant des autres avec le désir de leur apporter de bonnes choses de son cœur et de son âme.
Il est donc très important de veiller à ne pas saluer quelqu’un en tenant un récipient vide, afin de ne pas lui apporter du vide pour le reste de la journée. Quand vous devez rencontrer un ami, ne tenez jamais à la main un panier, un seau ou une bouteille vide. Si vous devez absolument tenir un récipient, remplissez-le. Il n’est pas nécessaire que ce soit un contenu bien précieux, cela peut être seulement de l’eau qui est encore une des choses les plus précieuses aux yeux du Créateur. Et présentez-vous devant cet ami avec la pensée que vous lui apportez la santé, la joie, la plénitude, toutes les bénédictions."
 
 Pensée du jeudi 5 août 2010
 
Science, religion et art - ne doivent pas être séparés
"Même si ce n’est pas une idée très répandue, vous devez comprendre que la science, la religion et l’art sont indissociables, parce que dans la nature déjà, ils sont liés. C’est donc une grande erreur de la part des humains que de les avoir séparés au point même de provoquer des conflits entre eux. Tant qu’ils les maintiendront séparés, il manquera quelque chose à leur compréhension de la vie.
La science, la religion et l’art forment une unité grâce à laquelle l’homme peut s’épanouir en plénitude. La science est un besoin de l’intellect. La religion est un besoin du cœur. L’art est un besoin de la volonté qui veut exprimer quelque chose, créer, construire… Et ces trois besoins sont étroitement liés en l’homme, car ce qu’il pense, il va ensuite le ressentir, et enfin l’exécuter."
 
  
 Pensée du mercredi 4 août 2010
 
 
Aleph - et la première carte du Tarot. Symbolisme
"Pour celui qui sait les interpréter, les cartes du Tarot sont pleines de sens. Prenons la première carte, le Bateleur, qui correspond à la première lettre de l’alphabet hébraïque : Aleph. Elle représente un homme debout devant une table, un bras levé, l’autre baissé. C’est donc un homme en train d’agir. Mais que fait-il ? Par le bras levé il est en contact avec le Ciel, et par le bras baissé il est en contact avec la terre, avec les humains. Les forces du Ciel qu’il reçoit le traversent, et il les donne à la terre. Il est la lettre Aleph (a) qui, schématiquement, ressemble à un homme avec un bras tendu vers le ciel et un autre tendu vers la terre.
Mais être Aleph, c’est aussi savoir prendre les forces de la terre et les projeter vers le Ciel, donc se manifester comme un intermédiaire. C’est ce que Jésus a exprimé en disant : « Nul ne peut aller au Père que par moi. » Aleph est un symbole de l’homme parfait, parce qu’étant lié au Ciel, il travaille pour la terre, pour toute l’humanité."
 
 
 
 
 Pensée du mardi 3 août 2010
 
Paix - ne s’obtient que si nous éduquons nos cellules
"Avez-vous vu des fauves dans un cirque ? Tant que le dompteur est là, ils se tiennent tranquilles et lui obéissent ; mais dès qu’il les quitte, ils grognent, se provoquent et sont prêts à se jeter les uns sur les autres. Eh bien, sachez qu’il se passe la même chose avec les cellules de votre corps. Tant que vous êtes présent, vous les dominez et elles sont soumises. Mais dès que vous vous absentez, que vous devenez négligent, elles n’en font qu’à leur tête et votre organisme s’en ressent douloureusement.
Vous devez donc vous occuper de vos cellules, les assagir, les nourrir, les purifier ; et là, évidemment, vous ne devez plus les considérer comme des fauves, mais comme vos enfants. Et c’est seulement quand vous serez arrivé à les éduquer pour qu’elles fassent leur travail sans discuter ni se quereller, qu’alors, enfin, vous connaîtrez la paix."
 
 Pensée du lundi 2 août 2010
 
Remercier - pour tout ce que nous avons déjà
 
"Voici quelqu’un qui se trouve très malheureux et il vient m’expliquer pourquoi. Je lui demande : « Avez-vous remercié aujourd’hui ? – Remercié… ? Mais qui ? Et pourquoi ? – Vous pouvez marcher, respirer ? – Oui. – Vous avez pris votre déjeuner ? – Oui. – Et vous pouvez ouvrir la bouche pour parler ? – Oui. – Eh bien, remerciez le Seigneur. Il y a des gens qui ne peuvent ni marcher, ni manger, ni ouvrir la bouche. Vous êtes malheureux parce que vous n’avez jamais pensé à remercier. Pour changer votre état, il vous faudrait tout d’abord reconnaître que rien n’est plus merveilleux que le fait d’être vivant, de pouvoir marcher, regarder, parler. »
Les humains auraient des milliers de raisons de remercier, mais ils ne les voient pas. Ils sont ingrats. C’est pourquoi le Ciel les fait passer par des épreuves, tout simplement pour leur apprendre à être enfin reconnaissants."
 
 
 Pensée du 1 août 2010
 
Pensées et sentiments - donnent forme à notre visage et à notre corps
"Tout ce qui existe dans le monde visible, forme, manifestation, a son origine dans le monde invisible. Une pensée, un sentiment, une émotion qui naît en nous s’habille peu à peu de matière, et reçoit une forme déterminée correspondant à sa nature. C’est ainsi que, bien qu’invisibles, ils laissent des traces visibles sur notre visage et sur notre corps.
Nos pensées et nos sentiments agissent d’abord sur les vibrations les plus secrètes de notre être, sur nos émanations, puis sur la couleur de notre peau, sur notre parfum, et enfin sur la forme de notre corps. C’est ainsi que notre visage et notre corps actuels ont été formés et déterminés par les états psychiques que nous avons vécus dans des existences antérieures. Le disciple, qui sait qu’il est le sculpteur de son propre corps, travaille par ses pensées et ses sentiments à faire de ce corps un temple aux formes et aux proportions harmonieuses." 

Voir les commentaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog