Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

2017-02-28T08:35:33+01:00

Pensée du jour Omraam Mikhaël Aïvanhov - Mois de février 2017

Publié par Rose du Sud

Pensée du mardi 28 février 2017 - la Femme, éducatrice de l’homme

Une des vocations de la femme est d’être l’éducatrice de l’homme ; par ses pensées, ses sentiments, ses regards, toute son attitude, elle doit l’inspirer afin qu’il se conduise avec toujours plus de noblesse, de droiture, de courage. L’homme ne demande qu’à être inspiré, exalté par la femme. C’est pourquoi tant que les femmes n’ont pas cet idéal, tant qu’elles ne pensent aux hommes que pour satisfaire leurs désirs, leurs plaisirs ou leur besoin de confort, elles passeront à côté de leur véritable vocation et elles en seront elles-mêmes les victimes. Vous direz : « Mais comment la femme peut-elle éduquer l’homme ? Elle est tellement plus faible et fragile que lui ! Il lui est impossible de s’opposer à lui. » Pour l’influencer, il n’est pas nécessaire qu’elle s’oppose à lui, il existe des méthodes plus subtiles. Et elle peut aussi l’éduquer d’une autre façon : en éduquant ses fils, et ces fils toute leur vie respecteront les femmes à cause de leur mère. Par l’influence quotidienne qu’elles peuvent exercer sur leurs très jeunes enfants, les mères ont les moyens de créer des caractères droits, nobles, généreux, des saints, des héros.

Omraam Mikhaël Aïvanhov

 

Pensée du lundi 27 février 2017 - les Relations que nous devons chercher à avoir avec les humains et la nature

Tout est dans la façon de considérer les êtres et les choses. Si votre conscience est éclairée, chacune de vos pensées peut être le point de départ de réalisations magnifiques ; sinon, vous rejetez les richesses offertes par la nature et les êtres humains, et vous ne comprenez rien, vous ne gagnez rien, vous vous sentez pauvre et malheureux. Regardez comment les humains vivent les uns à côté des autres : ils se croisent et poursuivent leur chemin sans être plus conscients de leur présence mutuelle que s’ils étaient des blocs de pierre ou des morceaux de bois. Regardez aussi comment ils se bousculent. Alors, leur parler des relations qu’ils doivent avoir avec la nature, c’est trop leur demander. Ils se croient les seuls êtres vraiment vivants, intelligents dans l’univers, et pour donner des preuves de cette vie, de cette intelligence, que font-ils ? Ils exploitent la nature sans aucun scrupule, sans se rendre compte qu’en la détruisant, ils détruisent aussi quelque chose en eux-mêmes, ils se limitent, ils s’assombrissent. C’est donc toute une prise de conscience qui doit se faire en eux pour que leurs relations non seulement avec les humains mais avec la nature soient enfin vivantes et riches.

 

Pensée du dimanche 26 février 2017 - « Si vous aviez de la foi comme un grain de sénevé »

Un jour où Jésus reprochait à ses disciples leur incrédulité, il leur dit : « Si vous aviez de la foi comme un grain de sénevé, vous diriez à cette montagne : Transporte-toi d’ici là, et elle se transporterait. » Ceux qui lisent ce verset sont frappés par la disproportion entre la taille de la montagne et celle de la graine, et ils s’arrêtent là ; c’est pourquoi ils ne peuvent pas en avoir une interprétation correcte. Pour comprendre, il faut commencer par réfléchir sur la nature et les propriétés de la graine. Avoir de la foi seulement comme un grain de sénevé pour arriver à déplacer des montagnes… Oui, c’est possible, parce que la foi est comme une graine semée dans notre cœur, dans notre âme : elle croît, se développe, et quand elle devient un arbre, les oiseaux du ciel, comme dit encore Jésus, viennent habiter dans ses branches. Les oiseaux du ciel, ce sont toutes les entités lumineuses du monde invisible, et ces entités ne viennent pas les mains vides, elles apportent tous les présents du Ciel : la sagesse, l’amour, la pureté, la paix, la force… C’est grâce à ces présents que l’homme acquiert peu à peu le pouvoir de transporter les montagnes.

Pensée du samedi 25 février 2017 - l’Amour - sa source est en nous

Être aimé : voilà comment la majorité des humains conçoivent le bonheur. Bien sûr, ils sont quand même d’accord pour aimer un peu, eux aussi ; mais ils croient que le plus important, c’est d’être aimé. La preuve : pourquoi souffrent-ils tellement lorsqu’ils découvrent que celui ou celle qu’ils aiment ne leur rend pas cet amour, ou ne le leur rend pas autant qu’ils souhaiteraient ? Pour être heureux, ils attendent que l’amour leur vienne de l’extérieur. S’il ne vient pas ou s’il leur est retiré, ils se sentent privés ; ils ne croient pas à leur propre pouvoir, à leur propre capacité d’aimer, ils ont besoin que l’amour leur soit donné par quelqu’un d’extérieur à eux. En réalité, pour trouver la paix et la joie, nous ne devons pas attendre que l’amour nous vienne des autres, mais compter uniquement sur notre amour à nous. Car c’est en nous que se trouve la source de l’amour, et elle est inépuisable.

 

Pensée du vendredi 24 février 2017 - la Vérité - on ne peut que s’en approcher

Même si tous les humains possèdent une structure identique, ils sont tous différents dans leur sensibilité, leur compréhension, leurs besoins, leurs aspirations, et ils ne peuvent donc pas avoir la même perception des choses. Alors, quand ils se combattent au nom de la vérité, cette vérité dont chacun se réclame n’est que sa vérité à lui. Vous direz : « Mais alors, il n’y a pas de vérité ? » Si. Plus l’homme s’élève intérieurement en se détachant de ses intérêts personnels, égoïstes, en se purifiant, en se laissant pénétrer par la lumière divine, plus il se rapproche de la vérité. Mais la vérité en tant que principe absolu, il est impossible de dire si nous la connaîtrons un jour. La seule chose que l’on puisse dire avec certitude, c’est que si nous nous efforçons de rejeter les couches opaques formées autour de nous par nos pensées, nos sentiments obscurs et mal maîtrisés, nous nous rapprochons chaque fois un peu plus de la vérité.

 

Pensée du jeudi 23 février 2017 - les Émanations psychiques polluent ou purifient l’air

On entend tous les jours parler de la pollution de l’air, tous les jours les gens se plaignent des fumées des usines, des gaz d’échappement des voitures… Mais eux-mêmes, individuellement, que font-ils souvent ? Est-ce qu’il ne leur arrive pas d’empoisonner l’atmosphère psychique par des émanations toxiques : leurs pensées et leurs sentiments de haine, de jalousie, de colère ? Il faut le savoir : tout ce qui fermente en chacun comme pensées, sentiments et désirs malsains, produit des exhalaisons pestilentielles, asphyxiantes. S’il existait des laboratoires équipés d’appareils suffisamment perfectionnés, on pourrait vérifier que certaines émanations humaines sont tellement souillées, impures, qu’elles ont, dans le monde psychique, une influence aussi toxique que des gaz asphyxiants. Et on pourrait faire aussi la constatation inverse : que les émanations d’un être spirituel sont extrêmement bénéfiques pour toutes les créatures. Parce qu’il a triomphé de ses faiblesses, un tel être, par sa présence, agit favorablement sur tous ceux qui l’entourent. Si l’atmosphère psychique de la terre n’est pas encore devenue tout à fait irrespirable, c’est parce qu’il existe des hommes et des femmes désintéressés et pleins d’amour qui ont consacré leur vie à la paix et à la lumière.

 

Pensée du mercredi 22 février 2017 - le Sacrifice - source de vie et de joie

Pourquoi les humains ont-ils peur du sacrifice ? Pourquoi repoussent-ils l’idée de sacrifice ? Même le mot résonne désagréablement à leurs oreilles… Sous prétexte que, le plus souvent, c’est pour les autres qu’on doit faire des sacrifices, ils s’imaginent que ce sont les autres qui vont gagner quelque chose à leurs dépens. Ils ressentent le sacrifice comme une perte et c’est pourquoi ils se coupent de la source de la vie et de la joie. Dans l’âme de celui qui accepte le sacrifice avec bonne volonté et amour, soudain une porte s’ouvre et il se sent submergé par un océan de lumière. Vous ne me croyez pas ?… C’est pourtant la vérité. Commencez par accepter l’idée du sacrifice et vous découvrirez que chaque effort que vous faites pour les autres en mettant de côté vos intérêts personnels peut vous renforcer, vous vivifier et surtout vous réjouir.

 

Pensée du mardi 21 février 2017 - l’Essentiel est à trouver en soi-même

Combien d’hommes et de femmes ont mis fin à leurs jours alors que, comme on dit, « ils avaient tout pour être heureux » : la jeunesse, la beauté, l’intelligence, la richesse, une famille et des amis qui les aimaient… Ils avaient tout, sauf l’essentiel : le goût de vivre. Et cela, aucun des avantages extérieurs ou matériels qu’ils possédaient ne pouvait le leur donner, même pas l’affection de leur entourage. C’est donc en lui-même que l’homme a quelque chose à faire, c’est intérieurement, dans son âme et dans son esprit, qu’il doit chercher ce dont il a besoin. Seuls son âme et son esprit lui apprendront le sens de la vie, lui donneront le goût de vivre, et quelles que soient les conditions il ne faiblira pas. Dans les pires situations, il pourra communier avec les entités célestes et il se sentira comblé, rempli de lumière. Quand la cause de votre joie, de votre épanouissement est au-dedans de vous, rien ni personne ne peut vous en priver. Le jour où vous déciderez de chercher l’essentiel en vous-même, vous serez sur le chemin de la liberté, de l’immortalité, de l’éternité.

 

Pensée du lundi 20 février 2017 - la Jeunesse : une qualité de l’âme

C’est un bien mauvais conseil que les adultes donnent aux jeunes quand ils leur disent : « Dépêchez-vous d’en profiter, car la jeunesse ne dure pas ! Si vous saviez combien elle passe vite ! » C’est vrai, leur jeunesse a passé très vite, mais pourquoi ? Eh bien, justement parce que, étant jeunes, ils ont écouté les mêmes conseils pernicieux et se sont dépêchés de s’amuser, de goûter à tous les plaisirs, ce qui est la manière la plus sûre de perdre sa fraîcheur ! Alors, puisque les faits sont là, les gens en tirent des conclusions. Oui, mais si les faits sont ce qu’ils sont, c’est parce qu’on n’a pas su au préalable bien observer et bien raisonner. Alors, voici ce que je dirai, moi, aux jeunes garçons et aux jeunes filles. Si vous travaillez pour la lumière, pour un haut idéal, plus vous avancerez en âge, plus vous deviendrez vivants, expressifs. Vous acquerrez même une vie et une expressivité que vous n’aviez pas quand vous étiez beaucoup plus jeunes. Bien sûr, vous serez un peu plus voûtés, vous aurez un peu plus de rides, des cheveux blancs, mais ne vous arrêtez pas à ça : laissez votre corps vieillir tranquillement et pensez que votre âme peut encore se manifester à travers lui avec une jeunesse extraordinaire.

 

Pensée du dimanche 19 février 2017 - les « Miracles » obéissent aux lois de la nature

« On appelle généralement « miracles » des phénomènes qui, croit-on, défient ou nient les lois de la nature. Eh bien, de tels phénomènes n’existent pas. Tout phénomène obéit aux lois de la nature. Et si on parle de miracles, c’est qu’on ignore les lois qui permettent de les expliquer. Il existe des phénomènes exceptionnels, parce que les personnes capables de les produire sont très rares ; mais des miracles tels que les imaginent la plupart des croyants, c’est impossible.Même les faits les plus extraordinaires sont naturels, rien n’est « surnaturel ». Et l’explication est simple : la nature a une infinité de degrés, des plus matériels aux plus subtils, et ces degrés subtils échappent à la majorité des humains. Les lois du monde psychique et du monde spirituel qui expliquent les « miracles » sont aussi des lois de la nature ; il faut seulement connaître les plans subtils sur lesquels elles agissent. »

 

Pensée du samedi 18 février 2017 - le Désir de connaître n’est pas sans risques

Notre vie n’est qu’une suite de rencontres, de prises de contact avec des objets, des lieux, des situations, des humains ou d’autres créatures. Chacun désire connaître, savoir. Pourquoi ? Parce qu’avec chaque nouvelle connaissance acquise il pense pouvoir gagner quelque chose. C’est certain, mais attention, il faut être prudent, sinon c’est le contraire qui risque de se produire. La mouche regarde la toile d’araignée avec une grande curiosité : elle veut savoir ce que c’est. Elle ne se doute pas qu’au centre de ce magnifique réseau de filaments se tient une créature très rusée qui a mis tout son talent à la fabriquer ; alors, elle s’y aventure et fait bonne connaissance avec l’araignée. L’artiste qui a conçu ce piège est enchantée, mais c’en est fini de la mouche ! Eh bien, l’existence est ainsi remplie de toiles d’araignées et de pièges pour tous les curieux et les imprudents qui croient pouvoir partir à l’aventure sans être instruits des dangers.

 

Pensée du vendredi 17 février 2017 - les Points de vue dont nous devons vérifier le bien-fondé

Aucune autre faiblesse ne peut apporter aux humains autant de déceptions et de malheurs que leur entêtement à défendre certains points de vue sans en vérifier le bien-fondé. Ils continuent à croire qu’ils sont dans le vrai, alors que toutes sortes d’événements de leur existence quotidienne leur démontrent le contraire. Comment peuvent-ils accepter de pareilles contradictions ?… Ce sont les événements de la vie qui doivent leur prouver s’ils sont dans le vrai, et non leur imagination, leurs goûts, leurs préférences. Combien de critères je vous ai donnés pour vous éclairer, vous orienter ! Le premier de ces critères est le suivant : avant de vous prononcer sur quelque sujet que ce soit, cherchez à découvrir ce qui, en vous, vous pousse à aller dans un sens ou dans un autre. Vos mobiles sont-ils honnêtes, désintéressés ?… S’ils ne le sont pas, prenez garde : vous vous exposez à toutes les désillusions.

 

Pensée du mercredi 15 février 2017 - la Charité - retrouver le sens originel de ce mot

Dans son sens originel, le mot « charité », qui est comme la foi et l’espérance une vertu théologale (c’est-à-dire qui a Dieu pour objet), désigne l’amour de l’homme pour Dieu, dont procède nécessairement l’amour du prochain. Malheureusement, ce mot « charité » a fini par perdre, avec le temps, sa signification sublime, et ce qu’on appelle maintenant charité s’exprime par des actes qui peuvent n’être accompagnés d’aucun sentiment d’amour véritable. Beaucoup « font la charité » parce que l’Église et la famille leur ont appris qu’il faut donner aux pauvres, secourir les malheureux, etc. La charité est donc souvent le produit d’une éducation étroite et elle n’a rien à voir avec la bonté. Que de personnes « charitables » empoisonnent la vie de leur famille et de leur entourage ! Il existe ainsi beaucoup de personnes charitables, mais on en rencontre très peu de vraiment bonnes. Et les chrétiens devraient faire l’effort de retrouver le sens premier du mot « charité », qui signifie « amour », car celui qui dit aimer Dieu doit L’aimer aussi dans son prochain.

 

Pensée du mardi 14 février 2017 - les Lois de l’économie sont aussi valables dans le plan spirituel

On constate que de plus en plus d’hommes et de femmes s’intéressent à l’économie et aux finances. Dans ce domaine, tous deviennent des champions, ou du moins, c’est ce qu’ils croient. En réalité, s’ils avaient une bonne compréhension des questions économiques et financières, ils auraient appris à s’occuper d’abord des richesses spirituelles qu’ils reçoivent du Ciel, comment les conserver, comment les faire fructifier. N’importe quel ignorant sait que s’il ne fait pas fructifier son capital, au bout de quelque temps il n’aura plus rien, car un capital qui n’est plus alimenté est vite dissipé. Mais quand il s’agit du plan spirituel, même les plus instruits se laissent appauvrir : ils oublient que la lumière, la chaleur, la richesse intérieure s’épuisent rapidement si l’on ne travaille pas chaque jour à les augmenter. Et comment les augmenter ? Par la prière, la méditation, des exercices. En se liant chaque jour à la Source inépuisable de la vie divine, ils renouvelleront sans cesse leurs énergies pour pouvoir continuer à accomplir leur tâche.

 

Pensée du lundi 13 février 2017 - « Faisons l’homme à notre image » - commentaire

Dans le livre de la Genèse il est écrit qu’après avoir séparé la terre des eaux, créé le soleil, la lune, les étoiles, les plantes et les animaux, au sixième jour, Dieu dit : « Faisons l’homme à notre image, selon notre ressemblance. » L’univers est le corps de Dieu, un corps qu’Il anime de son esprit. De la même façon, l’homme possède un corps ; ce corps est un reflet de l’univers, et l’esprit qui l’anime est une étincelle jaillie de l’Esprit divin. Ainsi, Dieu n’est pas, comme certains l’imaginent, ce monarque absolu qui trône loin de notre vue dans un lieu inaccessible, au fin fond du ciel. Sans doute est-Il l’être le plus impénétrable, le plus insaisissable, mais Il est en même temps le plus proche, car Il est en nous. Et c’est donc tout un travail que nous avons à faire pour sentir et vivifier cette présence qui nous habite. Rien n’est plus précieux que la sensation d’être habité par le Seigneur : à ce moment-là, quoi qu’il arrive, rien ne peut ébranler notre foi.

 

Pensée du dimanche 12 février 2017 - une Évolution se produit quand les conditions sont favorables

L’histoire humaine est une succession de changements. Rien ne peut rester en l’état, car la vie est en perpétuel mouvement. On aimerait penser que ce mouvement est toujours un progrès et va dans le sens de l’évolution. Malheureusement, on est obligé de constater qu’il y a parfois des régressions. Mais évolution ou régression, rien ne reste en place. Les générations d’êtres humains se succèdent, et même si, dans certains pays, les changements se produisent plus lentement que dans d’autres, ou vont dans une mauvaise direction, quand les conditions s’y prêtent, personne ne peut les empêcher de prendre une tournure favorable. Ce sont d’abord des courants émis par les esprits lumineux du monde invisible, et les êtres qui sont préparés captent ces courants, ils en deviennent les conducteurs. Et quand le moment est venu, les changements sont aussi acceptés par l’ensemble de la société.

 

 

Pensée du samedi 11 février 2017 - le Père céleste et la Mère divine - ne jamais oublier que nous sommes leurs enfants

Seul peut avancer sur le chemin de l’Initiation celui qui a d’abord compris qu’il a pour parents le Père céleste et la Mère divine, et qu’il doit se conduire comme leur enfant. Il ne raisonne pas comme ces soi-disant philosophes ou savants qui trouvent l’idée de Dieu absurde, dépassée, et qui croient faire preuve d’intelligence et d’esprit de liberté en Le quittant pour mener loin de Lui une vie indépendante. « Être un fils de Dieu, une fille de Dieu, mais quelles balivernes ! » pensent-ils, « nous, nous sommes adultes. » Eh bien, non, ils ne sont pas des adultes, mais des enfants récalcitrants. Le véritable adulte, au sens initiatique du terme, ne quitte jamais ses parents célestes pour être indépendant. Il n’y a que les enfants ignorants, inconscients, qui réclament l’indépendance et la liberté loin du Seigneur. Et ils se demandent ensuite pourquoi ils souffrent physiquement et psychiquement. Il est facile de répondre : quand on se sépare de Dieu, on n’est plus ni nourri, ni protégé, ni soutenu, ni instruit. Les troubles, les angoisses poursuivent tous ceux qui ont quitté leurs parents divins. Alors, accrochez-vous à votre Père et à votre Mère célestes, et ayez pleinement confiance en eux.

 

Pensée du vendredi 10 février 2017 - l’Esprit : un sommet à partir duquel nous avons toutes les possibilités d’agir

"Si vous vous trouvez quelque part dans la société, insignifiant, inconnu, vous ne pouvez pas intervenir dans les affaires du pays. Pour avoir la possibilité d’intervenir, vous devez chercher à atteindre le sommet, là où se trouve le roi ou le président, et devenir son ministre. À ce moment-là, oui, vous avez du pouvoir, parce que vous avez touché le point culminant, on peut dire aussi le point central. Tant que vous restez en bas, à la périphérie, personne ne vous écoute et vous n’arrivez pas à grand-chose. Cette loi se vérifie aussi dans le plan spirituel. En restant éloigné du sommet, du centre, c’est-à-dire de votre esprit, vous avez une certaine liberté d’action, mais rien d’important ne dépend vraiment de vous. Tandis que si vous arrivez à toucher votre esprit, vous devenez le maître, et vous êtes libre d’agir. Cessez donc de perdre votre temps en bas, à la périphérie où vous n’aurez que des possibilités limitées. Travaillez à atteindre en vous l’esprit sans vous préoccuper du temps qu’il vous faudra pour y parvenir."

 

Pensée du jeudi 9 février 2017 - Guide spirituel - mauvais prétextes pour en refuser l’idée

Sous prétexte qu’il y a des charlatans et des escrocs qui se présentent comme des Initiés, beaucoup de personnes rejettent systématiquement l’idée de Maître spirituel. Mais quel drôle de raisonnement ! Est-ce qu’elles n’écoutent plus de musique parce que certains musiciens composent d’épouvantables cacophonies ? Est-ce qu’elles ne vont plus dans les musées parce que certains peintres ne font que des barbouillages ? Est-ce qu’elles ne lisent plus de livres parce que certains auteurs écrivent n’importe quoi ? Qu’est-ce que c’est, ce manque de logique ?… La vérité, c’est qu’écouter de la musique, aller admirer des œuvres d’art ou lire des livres est assez facile, tandis que prendre le chemin de la vie spirituelle, accepter une discipline de vie, faire chaque jour des exercices, demande beaucoup de temps et d’efforts. Alors, tous ces gens qui rejettent l’idée de Maître spirituel ne sont-ils pas simplement des paresseux, qui cherchent des prétextes pour refuser la lumière d’un vrai guide et ne pas faire d’efforts ?

 

Pensée du mercredi 8 février 2017 - l’Encens qui brûle : signification symbolique

Beaucoup de religions judéo-chrétiennes ont peu à peu banni les sacrifices d’animaux et on ne brûle plus de bœufs ni de brebis sur les autels Beaucoup de religions judéo-chrétiennes ont peu à peu banni les sacrifices d’animaux et on ne brûle plus de bœufs ni de brebis sur les autels. Mais cette idée de sacrifice par le feu est toujours présente dans toutes les religions, puisque devant l’autel on fait brûler non seulement des cierges mais de l’encens. L’encens est une matière qu’on livre au feu pour être consumée, et en se consumant il répand un parfum qui remplit l’atmosphère. Seulement, faire brûler de l’encens n’a de signification que si le croyant a compris que cet acte est le reflet de processus psychiques. Ce qu’il a, lui, à sacrifier, ce sont ses faiblesses, ses défauts, ses vices, qui sont comme une matière épaisse, obscure. Cette matière, il doit la transformer en la livrant au feu divin, afin que de son âme émanent des effluves parfumés. Sinon, à quoi bon ?… Répandre des parfums d’encens agréables pour les narines des assistants, c’est bien, mais c’est insuffisant.

 

Pensée du mardi 7 février 2017 - la Fusion avec la Divinité - un exercice

Pour sortir des limites de sa conscience, le disciple de la Science initiatique doit apprendre à se projeter très haut, jusqu’à l’Être sublime qui embrasse et nourrit toutes les créatures : il se demande comment cet Être voit le devenir de l’humanité, quels sont ses projets pour elle, pour son évolution, et pas seulement son évolution dans un avenir proche, mais aussi et surtout dans un avenir lointain. Et parce qu’il essaie de plus en plus de se rapprocher de cet Être immensément grand, lumineux et parfait, il arrive peu à peu à s’arracher à lui-même. Un travail se fait au-dedans de lui, dans sa subconscience, sa conscience, sa superconscience, et ce qu’il vit alors comme sensations et expériences est inexprimable. Cette pratique est l’une des plus salutaires pour le disciple ; en s’y adonnant chaque jour, il s’éloigne de son moi limité pour se fondre dans cet océan de lumière qui est Dieu. C’est là qu’il reçoit la vraie connaissance et découvre la liberté.

 

Pensée du lundi 6 février 2017 - notre Visage porte le reflet de ce que nous recherchons chez les autres

Combien de gens se plaisent à fouiller dans la vie des autres pour y découvrir quelques fautes de conduite qu’ils iront ensuite raconter partout ! Sur leur visage on ne lit que de la méfiance, et leurs regards soupçonneux finissent par voir la malhonnêteté et la trahison même là où elles ne sont pas. Quels avantages croient-ils tirer d’agir ainsi ? Non seulement ils sèment le désordre, mais ils se rendent tellement antipathiques ! Avec leur mine sombre, ils se mettent à ressembler eux-mêmes à des malfaiteurs. Et c’est cela qui est extraordinaire : tous ces gens, tellement méfiants, qui s’imaginent incarner la justice et l’honnêteté, finissent par porter sur leur propre visage les marques des défauts et des vices qu’ils sont continuellement occupés à flairer autour d’eux. Tandis que regardez le visage de celui qui cherche à découvrir les qualités et les vertus cachées des êtres : il reflète peu à peu la lumière de la splendeur divine.

 

Pensée du dimanche 5 février 2017 - l’Ascétisme n’est pas nécessairement une preuve de spiritualité - Sous prétexte qu’il faut se détacher de la matière pour se rapprocher de l’esprit

Sous prétexte qu’il faut se détacher de la matière pour se rapprocher de l’esprit, certains spiritualistes en sont peu à peu arrivés à ne même plus tenir compte de l’hygiène, de l’esthétique ou du simple bon sens. Comme si l’esprit pouvait se sentir heureux dans la saleté, la laideur et l’insanité ! Vous direz que c’est volontairement que certains ascètes ont choisi de vivre dans les pires conditions. Je sais, mais est-il sûr que cela les ait réellement rapprochés de l’esprit ? Rechercher les privations, les épreuves, peut n’être qu’une manifestation pathologique. Il y a des gens qui se complaisent dans la souffrance et les mauvais traitements comme d’autres se vautrent dans les plaisirs. Ce n’est pas une preuve de spiritualité. Là où l’esprit se manifeste, la vie prend les formes les plus sensées et les plus harmonieuses.

 

Pensée du samedi 4 février 2017 - le Livre de la Nature est la véritable Bible - Le mot bible signifie livre

Le mot bible signifie livre. Mais la vraie Bible, le véritable Livre, c’est le livre de la nature vivante, c’est-à-dire l’univers que Dieu a créé, ainsi que l’être humain qu’Il a fait à l’image de cet univers et auquel Il a insufflé son esprit. Tous les livres sacrés ont leur origine dans ce grand livre, et chacun n’en présente que quelques fragments. Seul le livre de la nature est complet et indestructible, et si vous n’avez pas appris à le lire, vous pourrez passer toute votre vie dans la lecture de la Bible, vous n’y comprendrez pas grand-chose. Des fanatiques sont là à brandir la Bible, le Coran ou d’autres textes sacrés, mais même si ces livres sont d’inspiration divine, ils ne pourront jamais remplacer ce livre dans lequel le Créateur a tout inscrit : l’être humain. Et ce livre possède ce que ni la Bible, ni les autres livres sacrés ne possèdent : une âme et un esprit vivants, immortels.

 

Pensée du vendredi 3 février 2017 - Garder la mesure pour préserver de bonnes relations avec les êtres - Vous rencontrez une personne pour qui vous éprouvez de la sympathie

Vous rencontrez une personne pour qui vous éprouvez de la sympathie, de l’amitié, ou même de l’amour… et ces sentiments sont réciproques. Si vous voulez qu’ils durent, apprenez à en doser les manifestations. Même pour les meilleures choses le manque de mesure est dangereux. Bien sûr, on est tenté de donner tout de suite libre cours à son affection : des lettres, des rencontres, des cadeaux, des baisers… Mais c’est trop. Très vite on est saturé, comme si on avait trop mangé, et à la première occasion on se rejette. Pour garder toute sa vie de bonnes relations avec les êtres qu’on apprécie, qu’on aime, il faut observer la mesure ; sinon, même avec les meilleures personnes du monde, ça ne peut pas durer. Ce sont là des subtilités psychologiques qu’il est nécessaire de connaître si on ne veut pas risquer des déceptions.

 

Pensée du jeudi 2 février 2017 - le Doute nous rend vulnérable - Bien qu’ils prétendent pratiquer une religion ou suivre un enseignement spirituel

Bien qu’ils prétendent pratiquer une religion ou suivre un enseignement spirituel, beaucoup de gens vivent dans l’indétermination et le doute. C’est ainsi qu’ils ne cessent d’introduire la division en eux-mêmes et finissent par chanceler. Regardez ce que fait le bûcheron quand il ne vient pas à bout, avec sa seule hache, de l’arbre qu’il veut abattre : dans l’entaille qu’il vient de pratiquer au pied du tronc, il enfonce un coin pour le faire basculer. À son insu, celui qui doute laisse de petits coins s’enfoncer en lui, il est donc à la merci de toutes les haches de l’existence – les difficultés extérieures et surtout intérieures – et il est vite abattu. Sur le chemin de la lumière où vous vous êtes engagé, si un doute, une incertitude réussit à entamer votre tronc, vos énergies psychiques et spirituelles commencent à s’échapper. C’est pourquoi, dès que vous vous sentez menacé, entrez profondément en vous-même et dites-vous : « Pour le moment ma vision s’est obscurcie, mais je continue à mettre ma foi dans le bien, dans la lumière, j’agirai avec honnêteté et courage. » Si vous savez vous maintenir dans cet état d’esprit, le tronc de votre arbre intérieur continuera à s’élancer hardiment vers le Ciel.

 

Pensée du mercredi 1 février 2017 - l’Humilité nous préserve des pièges de la nature inférieure

Celui qui a remporté quelques victoires sur ses mauvais penchants : la paresse, la colère, la jalousie, la sensualité, ne doit pas se sentir fier de lui. S’il se met à penser : « Ah ! que je suis fort ! », sa nature inférieure va se redresser et lui préparer des pièges ; et ces pièges sont d’une telle subtilité qu’à la première occasion il tombera dedans, ça, il n’y a pas de doute. Vous ne connaissez pas encore toutes les ruses de la nature inférieure. C’est quand vous êtes le plus sûr de vous qu’elle reprend le dessus et parvient le mieux à vous surprendre. Vous devez rester humble et ne pas vous leurrer sur les quelques petits résultats que vous avez obtenus. Prenez conscience que la satisfaction d’avoir remporté une victoire vous expose au danger, et dites-vous : « Qui sait ce qui m’attend maintenant ? Il est trop tôt pour triompher. » Non seulement restez vigilant, mais demandez aux entités lumineuses de continuer à vous soutenir dans vos efforts.

Voir les commentaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog