Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

2016-08-12T10:12:20+02:00

Français Bruno Groening - Guérison par voie Spirituelle - L'enseignement de Bruno Groening

Publié par Rose du Sud

Le phénomène Bruno Gröning -- Sur les traces du « guérisseur miraculeux »

Film documentaire en 3 parties (chacune d'env. 95 min.) Projections publiques sur la base de dons, dans de nombreux pays.



En 1949 un nom fait les gros titres des journaux : Bruno Gröning. Des éditions spéciales lui sont consacrées. La radio et les actualités parlent de lui. On tourne un film sur lui. Où qu'il apparaisse, des centaines, des milliers des dizaines de milliers de personnes se pressent autour de lui. Ils viennent de partout -- d'Allemagne, d'Autriche, de Suisse, mais aussi de Belgique, de France et des Etats-Unis. Gröning devient un événement mondial.

Mais ceux qui se pressent autour de lui ne sont ni des disciples, ni des fans, ni des groupies. Ce sont des malades. Nombreux sont ceux pour qui il représente l'ultime espoir. Frappés par la guerre, abandonnés par les médecins ils n'ont qu'un seul désir : guérir -- être libérés des misères et des douleurs. Que Bruno Gröning les aide.

Et il aide : « Il n'existe rien d'incurable. Dieu est le plus grand des médecins ! », ce sont ses paroles. Et l'incompréhensible se réalise : d'innombrables malades guérissent -- des paralytiques marchent, des aveugles voient...

Le documentaire « Le phénomène Bruno Gröning -- sur les traces du 'guérisseur miraculeux' » dépeint les événements dramatiques de l'époque d'une manière objective. Documents originaux filmés et enregistrés, archives, interviews de plus de 50 témoins du temps de Bruno Gröning, auxquels s'ajoutent des scènes dispendieusement filmées. Tout cela fait de ce film un événement fortement impressionnant.

Mais ce film est plus qu'un documentaire tourné vers le passé.

De nombreux spectateurs disent qu'en le regardant, ils ont soudain ressenti une force, un picotement, un courant dans leur corps. Expérience toute nouvelle pour la plupart d'entre eux. Certains rapportent même la disparition de douleurs, de gênes et autres affections.

Comment est-ce possible ? Gröning est mort en 1959. Le tapage autour de lui est calmé depuis longtemps. Et pourtant aujourd'hui encore se produisent des guérisons extraordinaires. La force qui agissait de son temps, continue à se manifester. Les faits parlent d'eux-mêmes : guérisons de cancer, d'angine de poitrine, de rhumatismes et d'ostéoporose, mais aussi de dépendances aux drogues et d'autres toxicomanies. Des médecins confirment les réussites.

Film documentaire sur Bruno Gröning

 

http://www.bruno-groening-film.org

Cercle des Amis de Bruno Groening. L'une des plus grandes associations de guérison par voie spirituelle du monde entier :

 

http://www.bruno-groening.org/francais

Blog de roda :Musique de relaxation, spiritualité et autres, L'enseignement de Bruno Groening

Il existe un site où vous trouverez des quantités d'explication.

http://www.bruno-groening.org/francais/default.htm

 

Habituellent pour quelqu'un qui pratique le magnétisme, la photo d'une personne décédée ne laissait sentir aucune énergie, mais qu'il en est différement de la photo de Bruno, qui (et un ami à moi magnétiseur) elle vibre d'énergie quand on met la main en dessus.

___________________________________________________________________________________D'après

Bruno Groening il n'existe pas de maladie incurable, ce que confirment les témoignages de réussite contrôlés médicalement. Les guérisons se produisent ici uniquement par voie spirituelle et ne sont donc pas liées au corps physique de Bruno Groening.

 

Pour capter ce courant guérisseur, la personne qui cherche de l'aide se tient assise et les mains ouvertes. Elle ne croise ni les bras ni les jambes afin de ne pas empêcher le passage du courant guérisseur. Les pensées qui se rapportent à la maladie et aux soucis entravent l'écoulement du courant, les pensées tournées vers le beau le facilitent.

 

Quand le courant guérisseur coule à travers le corps, il rencontre les organes malades, et c'est là que débute son travail de nettoyage. A cette occasion, des douleurs peuvent apparaître; elles sont le signe d'un nettoyage du corps. Comme la maladie n'est pas voulue par Dieu, elle est peu à peu éliminée. Dans certains cas, cela peut aussi se produire spontanément. Pour cela il est nécessaire que la personne ne se raccorde plus en pensées avec la maladie, mais qu'elle croie au contraire que pour Dieu rien n'est incurable.

 

Afin de conserver la santé, les amis de Bruno Groening se mettent chaque jour en réception du courant guérisseur. Un corps sain constitue la base d'une vie en accord avec soi-même, ses semblables et la nature.

 

Le but de l'enseignement de Bruno Groening est de transformer un malade en une personne heureuse de vivre, libre de contraintes corporelles et psychiques.

 

 

Bruno Groening - Révolution dans la médecine

Réhabilitation d’un méconnu

Chapitre 3

 

 

L’enseignement de Bruno Groening

Le secret de Bruno Groening est-il mis en lumière par la Science?

 

Ce fut souvent avec une certaine étroitesse d’esprit et non sans quelque pointe d’ironie qu’un grand nombre de journaux présenta Bruno Groening comme le "Docteur Miracle". Nulle mention n’était faite de son enseignement. Aussi, ses adversaires dans le monde médical eurent-ils la partie belle pour minimiser la valeur de sa personne que la conscience populaire avait relayée derrière l’image du guérisseur et du docteur miracle sur laquelle on restait fixé.

 

Seules les guérisons de maux consécutifs à des troubles psychiques furent acceptées comme succès. Les rapports démontrant que Groening recueillait, de toute évidence, des succès plus significatifs que ceux obtenus ordinairement par les médecins furent ou bien contestés, ou bien exposés comme

 

la suite logique d’une psychose de masse. Après examen des documents de l’époque, j’ai dû admettre qu’on avait fait en sorte que l’action de Bruno Groening soit présentée au public comme étant parfaitement identifiable par la science médicale, tout comme la source de ses succès qui, pour beaucoup, confinaient à quelque chose de miraculeux, était énoncée elle aussi comme parfaitement recevable. Il semble que mon opinion ait été partagée, avec une clarté symbolique, par le périodique "Revue" qui publiait, à la une de son édition d’octobre 1949, un article intitulé:

 

"Le secret de Bruno Groening découvert par la Science"·1

La classification apparemment facile de l’activité de Bruno Groening, effectuée selon le schéma habituel de la pensée médicale, a amené d’autres cercles à considérer comme inutile un examen plus approfondi de ce qui se passait autour de lui. En effet, que pouvait-il apporter de nouveau puisque la science avait mis à découvert ce qu’il cachait?

 

L’observateur impartial qui, loin de rester sur cette estimation, cherche à examiner de plus près les prodiges concernant Bruno Groening, devra vite reconnaître que la terminologie médicale est loin d’être suffisante pour expliquer convenablement les phénomènes produits autour de cet homme. Les documentations médicales, autorisant d’exclure avec certitude l’action d’une influence suggestive, et les très nombreux témoignages confirmant les capacités hors du commun de Bruno Groening, sont bien là d’incontestables preuves de la réalité d’une force qui, jusqu’à présent, a été invariablement démentie par la Science.

 

Si l’on examine de plus près les discours de Bruno Groening, on y détecte un savoir ne figurant dans aucun manuel de médecine et mettant au grand jour les principes de santé et de maladie. Un savoir qui, d’un côté, choque forcément par la précision limpide et tranchante avec laquelle il est exprimé, et, d’un autre côté, remet assurément en question des parties intégrantes de la vision du monde admise dans toute notre société. Or, l’ensemble des déclarations de Bruno Groening laisse découvrir manifestement un enseignement, si bien qu’il me semble plus approprié de parler, dans les développements qui vont suivre, de "l’enseignement de Bruno Groening".

 

Bruno Groening: "L’existence de Dieu est une réalité"

L’exposé suivant qui permettra de cerner l’enseignement de Bruno Groening a été établi à partir de documents originaux (les discours de Bruno Groening), de manuscrits de l’époque et d’informations que j’ai réussi à obtenir grâce aux conversations avec des témoins de son temps. Je me suis efforcé de rester le plus près possible de l’esprit qui se dégage de tout ce qu’il a dit.

 

La  plupart des hommes croient se reconnaître à travers leur corps visible extérieurement. Bruno Groening, quant à lui, voit le corps humain comme un instrument qui permet d’être actif à l’intérieur du monde matériel créé. L’homme, c’est sa conviction, n’est en réalité qu’esprit. Cet esprit a une âme liée, seulement pour sa vie sur terre, à un corps substantiel. Il renvoyait indéniablement par là à l’existence d’une réalité supérieure de l’esprit. Pour lui, les niveaux spirituels de l’être n’étaient point théorie, mais réalité vivante. Il les vivait à l’intérieur de lui-même, et cette expérience fit accroître la force de sa conviction et ce discernement qui comprend quels contextes entraînent la santé ou la maladie. Cette connaissance n’est guère nouvelle, disait-il expressément, elle représente seulement une bribe d’un savoir originel, et la majeure partie de l’humanité en a perdu l’accès aujourd’hui.

 

"Je ne sais pas grand-chose", dit-il dans un discours adressé à la communauté de Springe, "je ne sais pas grand-chose, dit-il, je ne sais rien d’autre que ce que les hommes d’aujourd’hui ne savent plus. C’est justement pour cela que je […] considère comme étant de mon devoir d’instruire chaque personne, d’apprendre à chacun à qui il appartient, quelle créature il est, et comment il peut capter l’énergie créatrice afin de devenir également maître de son corps."·2

 

Pour Bruno Groening, l’existence de Dieu était un fait. De cette certitude intérieure naquit la connaissance élevée d’une Toute-Puissance à laquelle beaucoup d’hommes ne croient plus:

 "Je me sens tenu d’éclairer les humains. […] Et si l’un d’entre vous venait à dire qu’il n’y a pas de Dieu, je me ferais alors couper en morceaux pour cela. Je ne dévie pas de ma foi."·3

 

 Il n’avait point l’intention de prononcer seulement des phrases remplies de ferveur religieuse, il voulait bien plus faire redécouvrir ce Dieu qu’on avait relégué au rang d’inconnu, ce Dieu qui peut et qui veut également aider, si seulement on veut bien lui en offrir l’occasion. Le premier devoir, par conséquent, qu’il voyait dans son action consistait à donner un moyen, à ceux qui cherchaient aide et secours, de rétablir l’ouverture consciente du chemin qui mène à cette force curative omniprésente, cette force créatrice qu’il désignait aussi sous le nom de courant guérisseur.

 

La force créatrice et la réception de celle-ci

 Avant que Bruno Groening ne prenne la parole, il était courant qu’un collaborateur s’adressât aux personnes présentes, en attirant leur attention sur les conditions préalables nécessaires à la réception du courant guérisseur. Il les invitait à ne croiser ni les bras ni les jambes, à diriger leur mental sur quelque chose d’agréable et à observer attentivement leur corps.

 

Bruno Groening formula cette requête par les mots suivants:

 "Si vous procédez de cette façon, remplis de bonne volonté et en observant votre corps, et si moi, je conseille toujours à mes frères humains de ne pas se tenir avachis et de ne pas croiser les jambes, – car Dieu n'a pas créé l'être humain à cette fin: ici-bas, l'homme veut éprouver ce qu'il y a de plus précieux, – alors il faut vous asseoir librement, les mains ouvertes, et avoir aussi un souhait cher à son cœur, et prier Dieu qu'Il lui accorde ce dont il a vraiment besoin. Ainsi, faites cela maintenant, mes amis, alors vous ne recevrez pas seulement quelque chose, mais vous recevrez et ressentirez toujours ce dont votre corps a vraiment besoin."·

 

4

Au cours de colloques avec plusieurs guérisseurs, j’eus l’occasion de constater leur mise en pratique de ces mêmes règles. Un guérisseur de Brême me rapporta que, lui aussi, avait eu cette intuition que la force s’écoulait certainement mieux quand elle n’était pas bloquée par des jambes ou des mains croisées. Une guérisseuse, de son côté, raconta à quel point son travail lui devenait difficile quand les mains des personnes à traiter restaient croisées; c’était comme si, à cet instant, un blocage se produisait en elle.

 

Bruno Groening avait expliqué en phrases très simples les mécanismes à la base de cela et désignait par "courant guérisseur" cette force curative venant de Dieu. Il est intéressant de constater que la plupart des personnes qui captaient le courant de guérisseur de la façon décrite par Bruno Groening, déclaraient régulièrement qu’elles enregistraient en elles des fourmillements et une forte sensation de chaleur, et beaucoup comparaient cette nouvelle sensation physique à un courant bienfaisant traversant le corps. Groening demandait à ses auditeurs de s’imaginer que les bras et les jambes étaient l’équivalent de conducteurs électriques. Si l’on compare ce qui se passe dans le domaine technique, le contact entre deux fils électriques non isolés amène un court-circuit. Cette situation est identique dans le corps humain: le croisement des bras ou des jambes provoque un engorgement d’énergie à cet endroit, si bien que les énergies subtiles ne peuvent plus circuler dans cette région. On se coupe donc quasiment de la force curative. On le constate particulièrement chez les personnes qui décèlent certaines capacités de réception. Quelques-unes parmi celles que je questionnai à ce sujet qualifièrent de très désagréables les sensations ressenties en l’occasion, un peu comme une pression ou quelque chose qui se congestionnait. Pour la plupart des gens, ce phénomène énergétique dans leur corps ne leur est pas accessible de manière consciente. Je pus observer que plus de 90% de personnes, tout au long d’une réunion publique par exemple, croisent les bras ou les jambes. Certains individus arrivent même à croiser deux fois les jambes. Cette posture est ressentie comme normale et confortable. On ne remarque pas les énergies perdues de cette façon, parce qu’on ne les connaît pas. Du fait que cette position n’est pas permanente (elle cessera au plus tard lors de la reprise de la marche), un certain équilibre peut sans cesse être retrouvé, et les troubles n’apparaîtront en général qu’après une longue période latente.

 

Le courant guérisseur: suggestion ou force curative? -Le facteur "X" dans l’action de Bruno Groening

 

Mais reparlons plutôt de l’enseignement de Bruno Groening. Pour lui, l’attitude ouverte du corps est donc indispensable pour capter la force divine. Outre le corps cependant, il faut aussi disposer son état d’âme favorablement, vers un état "d’ouverture": on y parvient tandis qu’on délaisse les pensées négatives - surtout celles qui touchent à la maladie ou aux soucis - qu’on visionne une scène agréable et qu’on se met ensuite à l’écoute de son corps.

 

Bruno Groening désignait cette disposition intérieure et cette position extérieure par la "mise en réception". Pour obtenir une meilleure compréhension de cet état, il se servait également d’une 

comparaison sur un plan technique. Par la mise en réception, l’homme s’ouvre consciemment à la force de guérison, la force créatrice; il reçoit, comme disait encore Bruno Groening, l’onde curative, l’émission diffusée par Dieu. Bruno Groening comparait le corps humain avec un appareil de radio. La radio nécessite également une mise au point déterminée, un "réglage de réception", pour obtenir l’émission souhaitée.

 

Si les conditions préalables sont réalisées, l’homme capte l’onde curative (la force de guérison). Les sensations décrites auparavant se manifestent la plupart du temps. Il est intéressant de faire remarquer que celles-ci furent dépeintes non seulement par l’auditoire de Bruno Groening en son temps mais, que, de nos jours également, on entend régulièrement les personnes qui captent la force de guérison faire des descriptions similaires.

 

On ne décrit pas, d’ailleurs, que des sensations comparables à un léger courant électrique; on parle aussi, assez souvent, d’un sentiment de force et de légèreté, d’un sentiment de félicité. A l'inverse, beaucoup de gens ne ressentent absolument rien. Néanmoins, cette force s’écoule en eux, indépendamment de leur perception consciente. On a pu vérifier cela en constatant que des guérisons se produisaient également chez les personnes qui, tout en captant la force de guérison, n’avaient pas le sentiment conscient du passage de ce courant curatif.

 

Mais comment en arrive-t-on à ces sensations? C’est ce que se sont demandés aussi, à Heidelberg, en 1949, les scientifiques représentés dans la commission d’examen qui s’étaient donné comme objectif d’étudier, sous contrôle clinique, le travail de guérison de Bruno Groening. Ils découvrirent un certain parallèle avec le training autogène mis au point en 1920 par un célèbre psychothérapeute berlinois, le Professeur J.H. Schultz, qui constitua cette thérapeutique à partir de ses expériences effectuées sous hypnose. Sans doute une telle similitude relève-t-elle d’une analyse quelque peu superficielle. La posture dite "du fiacre" dans ce training réclame une position assise décontractée. Les bras et les jambes ne peuvent être croisés, le dos reste libre, les mains sont posées sur les cuisses. Mais les différences deviennent vite évidentes quand on y regarde de plus près. Schultz déjà avait toujours caractérisé le training autogène comme un "chemin pratique qui conduit à l’auto-hypnose"·5 et, par cette dénomination, il n’avait jamais dénié la liaison évidente avec l’hypnose. Pour Bruno Groening, la libre volonté de l’homme était inviolable; aussi rejetait-il l’hypnose et la suggestion.

 

Certes, comme Bruno Groening, Schultz incite les personnes à se concentrer sur les sensations de leur corps; mais dans le training autogène, les sensations corporelles sont provoquées par l’autosuggestion. Cela signifie que les patients sont invités à se concentrer sans arrêt sur des formules d’exercices déterminés ou des représentations d’images, jusqu’à ce qudeviennent sensibles. On emploie des formules telles que: "le bras droit (ou gauche) devient lourd", "je suis très calme", "mon coeur bat calmement et avec force", etc.

 

Le pratiquant doit transformer mentalement en images les formules d’exercices effectués. Par cette suggestion intérieure répétée, on peut influencer le système neuro-végétatif, qui norm

comparaison sur un plan technique. Par la mise en réception, l’homme s’ouvre consciemment à la force de guérison, la force créatrice; il reçoit, comme disait encore Bruno Groening, l’onde curative, l’émission diffusée par Dieu. Bruno Groening comparait le corps humain avec un appareil de radio. La radio nécessite également une mise au point déterminée, un "réglage de réception", pour obtenir l’émission souhaitée.

 

Si les conditions préalables sont réalisées, l’homme capte l’onde curative (la force de guérison). Les sensations décrites auparavant se manifestent la plupart du temps. Il est intéressant de faire remarquer que celles-ci furent dépeintes non seulement par l’auditoire de Bruno Groening en son temps mais, que, de nos jours également, on entend régulièrement les personnes qui captent la force de guérison faire des descriptions similaires.

 

On ne décrit pas, d’ailleurs, que des sensations comparables à un léger courant électrique; on parle aussi, assez souvent, d’un sentiment de force et de légèreté, d’un sentiment de félicité. A l'inverse, beaucoup de gens ne ressentent absolument rien. Néanmoins, cette force s’écoule en eux, indépendamment de leur perception consciente. On a pu vérifier cela en constatant que des guérisons se produisaient également chez les personnes qui, tout en captant la force de guérison, n’avaient pas le sentiment conscient du passage de ce courant curatif.

 

Mais comment en arrive-t-on à ces sensations? C’est ce que se sont demandés aussi, à Heidelberg, en 1949, les scientifiques représentés dans la commission d’examen qui s’étaient donné comme objectif d’étudier, sous contrôle clinique, le travail de guérison de Bruno Groening. Ils découvrirent un certain parallèle avec le training autogène mis au point en 1920 par un célèbre psychothérapeute berlinois, le Professeur J.H. Schultz, qui constitua cette thérapeutique à partir de ses expériences effectuées sous hypnose. Sans doute une telle similitude relève-t-elle d’une analyse quelque peu superficielle. La posture dite "du fiacre" dans ce training réclame une position assise décontractée. Les bras et les jambes ne peuvent être croisés, le dos reste libre, les mains sont posées sur les cuisses. Mais les différences deviennent vite évidentes quand on y regarde de plus près. Schultz déjà avait toujours caractérisé le training autogène comme un "chemin pratique qui conduit à l’auto-hypnose"·5 et, par cette dénomination, il n’avait jamais dénié la liaison évidente avec l’hypnose. Pour Bruno Groening, la libre volonté de l’homme était inviolable; aussi rejetait-il l’hypnose et la suggestion.

 

Certes, comme Bruno Groening, Schultz incite les personnes à se concentrer sur les sensations de leur corps; mais dans le training autogène, les sensations corporelles sont provoquées par l’autosuggestion. Cela signifie que les patients sont invités à se concentrer sans arrêt sur des formules d’exercices déterminés ou des représentations d’images, jusqu’à ce qudeviennent sensibles. On emploie des formules telles que: "le bras droit (ou gauche) devient lourd", "je suis très calme", "mon coeur bat calmement et avec force", etc.

 

Le pratiquant doit transformer mentalement en images les formules d’exercices effectués. Par cette suggestion intérieure répétée, on peut influencer le système neuro-végétatif.

photo

 

http://perlbal.hi-pi.com/blog-images/268338/gd/1259856004/L-enseignement-de-Bruno-Groening-1.jpg

groeningkrank.jpg

 

Oui Bruno Groening pouvait paraître étrange, du fait que son cou était gros. Son cou devenait gros quand la Force guérissante passait à travers lui. Cela n'avait rien à voir avec un goître !

 

C'était vraisemblablement le chakra de la gorge, ou bien des glandes, qui gonflaient sous l'effet de la Force curative.

 

Qui était Bruno Groening ?

http://www.bruno-groening.org/francais/brunogroening/defaultbrunogroening.htm

  

Miroir de l’actualité, France:"Energie Santé",  N° 51 – hiver 2000/1(Extrait)

(...) "Miracles dans la médecine"

 

"Des médecins pour la guérison spirituelle"

 

Aujourd´hui, c´est encore un évènement particulier lorsque des médecins s´expriment, lors de conférences internationales, sur le thème "La guérison par voie spirituelle - une pierre à l´édifice de la médecine de demain?"  Et pourtant, ce sujet trouve de plus en plus d´audience auprès du public. Plus de 200 personnes parmi lesquelles un grand nombre de médecins et autres professionnels de la santé ont suivi avec grand intérêt, le 17 septembre dernier à Bruxelles, à l´hotel Sodehotel, à deux pas de l´UCL, 5, av. Mounier, les exposés de 10 conférenciers venus d´Autriche, d´Allemagne, de Suisse, des Pays-Bas et de Belgique.

 
Extraits des interventions
Que signifie "vis vitalis"?

Avec un peu de chance, on pourra entendre à l´université, dans des cours d´"histoire de la médecine" quelques mots au sujet de la "vis vitalis", la "force de vie". Pour notre médecine actuelle, elle est devenue une relique des siècles passés, retrouvée pour la dernière fois dans la médecine romantique du 19ème siècle. Son existence, décrite dans les oeuvres des grandes cultures des temps anciens et dans les écrits des plus importantes religions, ne fait pas partie de la formation de l´actuel étudiant en médecine. Lui, dont la profession sera de sauver et protéger la vie - comme le décrit le serment d´Hippocrate - n´a bien souvent plus accès  à la force de vie et n’en connaît plus ses lois.

 
L´âme et le corps ne font qu´un
"La vraie science et la vraie religion ne font qu’un" dit un jour un grand penseur et pourtant la médecine d´aujourd´hui a perdu de vue la relation étroite  existant entre ces deux choses. Le corps est son domaine, le salut de l´âme sera confiée au prêtre ou au psychologue.  Pourtant, l´être humain n´est pas composé de deux parties distinctes: l´âme et le corps. Elles sont intimement liées. Dans  le domaine psychosomatique , une nouvelle sous-discipline de la médecine,  la psycho-neuro-immunologie, a fait son appariton.  Elle souligne bien l´importance de l´unité  "Ame et esprit" pour  la santé du corps. Pourtant, de nombreux médecins mésestiment cette relation fondamentale et écrasent leurs patients de diagnostics et prédictions d´incurabilité, réduisant leur vison de l´être humain à une machine que l´on peut réparer ou pas. Les conséquences de cette évolution vers une médecine matérialiste, niant Dieu et cette force de vie pourtant incontournable si l´on veut obtenir la guérison, sont devenues évidentes aujourd´hui.
 
Qui est Bruno Groening?

Yvonne Grommes, organisatrice de la manifestation: "Groening ne se considérait pas comme un guérisseur, il répétait sans cesse que personne n´avait le don de guérir. Il était convaincu que l´homme ne peut être qu´un médiateur et transmettre la force curative. Il était en mesure d´accumuler cette énergie en grande quantité et de la transmettre à celui qui, par une ouverture de l´esprit  et du corps, se montrait prêt à la recevoir. A cet effet, ni un contact physique ni même la présence de Groening n´étaient nécessaires, la prise de contact en pensée suffisait pour établir la transmission.

 
Bruno Groening: "Dieu est le plus grand médecin"

C´est ainsi que même après la mort de Groening en 1959 et jusqu`à ce jour, des guérisons étonnantes se produisent, uniquement par la transmission de son enseignement: Cela prouve qu´avec des mots tout simples, cette force peut être utilisée pour le bien-être des personnes, indépendamment de toute confession religieuse et sans obligation de payer quoi que ce soit. Les guérisons et la réception de la force curative sont des cadeaux divins. Au sein du Cercle des Amis de Bruno Groening et du Groupe médico-scientifique spécialisé, les actions sont effectuées à titre bénévole."

 
Apprendre à dépasser le désespoir

Tout cela est bien beau, se dira la personne concernée, mais où sont les preuves? Cependant les doutes présents au début chez quelques auditeurs sont écartés par les impressionnants témoignages de guérison. La guérison d’une dame, qui souffrait depuis des années d’ostéoporose et qui après de nombreuses autres tentatives a connu l’aide et la guérison par "l’onde curative" - c’est ainsi que Bruno Groening nommait la force divine - ne prête pas seulement à réflexion, mais elle éveille l’espoir chez de nombreuses personnes dans la salle. Commentaire médical , Dr. méd. H. Hagemoser: "Inexplicable du point de vue de la médecine classique, mais les preuves impressionnantes des examens médicaux avant et après montrent l’authenticité des faits."

Ruth Maria Friewald, 30 ans, étudiante en médecine vétérinaire à Vienne témoignait de sa guérison d’une neurodermite avec eczéma et d’une calvitie totale: "Depuis ma plus tendre enfance, j’étais atteinte d’une neurodermite accompagnée d’eczémas, j’étais allergique à de nombreux aliments et aux poils d’animaux. A l’âge de 22 ans je fus, en plus de cela, atteinte d’une calvitie totale. Tout mon corps s’affaiblissait de plus en plus - les souffrances étaient de plus en plus graves. Ni la prise de cortisone et de nombreux autres médicaments, ni les médecines douces ne pouvaient m’apporter de l’aide." En 1995, elle a rencontré l’enseignement de Bruno Groening lors d’un salon de santé. Dans un court laps de temps elle fut guérie de la neurodermite et un peu plus tard la calvitie s’est résorbée. Elle se sent comme un nouveau-né et considère sa nouvelle vie comme une deuxième chance. Dr. med. U. Meyding: "La neurodermite est une maladie qui dans de nombreux cas résiste à toutes les thérapies connues. Certains traitements de médecine naturelle obtiennent parfois des réussites; par contre le traitement d’une calvitie totale à un degré aussi important exclut toute possibilité de succès. Le déroulement du processus de guérison ici ne correspond aucunement aux expériences habituelles faites par la médecine conventionnelle ou les médecines douces."

Joseph Cools (69 ans) d’Eupen est toujours très ému lorsqu’il raconte sa guérison de troubles du dos très douloureux dont il a été atteint pendant plus de 25 années. Quand, au sein du Cercle des Amis de Bruno Groening, il a appris à capter la force curative, il a retrouvé sa santé, et cela dure depuis 9 ans. Le sceptisisme n’est plus de mise, car on dispose des radiographies effectuées avant et après la guérison. 

Ces guérisons ne sont que deux cas parmi tant d’autres, eux aussi enregistrés et vérifiés,  documents médicaux à l’appui, par le Groupe médico-scientifique spécialisé.

 
La guérison par voie spirituelle pleinement acceptée

Ce qui est remarquable dans le domaine de la guérison par voie spirituelle, c’est le fait que les pays prétendument moins avancés d’Asie et d’Afrique fournissent ici une aide massive au développement des pays soi-disant "développés" et industrialisés d’Occident. Le Professeur Dr. N. Joshi, Recteur d’Université en Inde, confirme : "La guérison par voie spirituelle est pleinement acceptée par toutes les couches de la société dans mon pays". Pourquoi en est-il ainsi? Pourquoi la société occidentale "évoluée" éprouve-t-elle tant de difficultés à accepter ce que l’on ne peut pas acheter, que l’on ne peut mettre noir sur blanc? Peut-être la raison s’est-elle habituée à ce que les choses nécessaires à la vie soient achetées. La santé en fait aussi partie. Une conversion dans la façon de mener sa vie vers un meilleur état de santé est parfois plus pénible que le recours à un médecin ou à quelques petits comprimés. Le monde de la santé en Europe se trouve devant des tâches insolubles. Jamais les charges n’ont été plus lourdes, jamais le nombre de personnes malades n’ a été aussi élevé. Une contradiction  évidente?

 
Un enrichissement pour la médecine

Avec une médecine moderne truffée de machinerie, avec l’explosion des coûts des traitements médicaux et, en toile de fonds, les exigences toujours plus grandes du financement d’ un système de santé moderne, la question qui planait tout au long de cette rencontre a pu trouver sa réponse dans un "oui" très clair: la guérison par voie spirituelle est une pierre à l’édifice de la médecine de demain!

 

Plusieurs groupes locaux francophones du Cercle des Amis de Bruno Groening existent dans le monde: Dans divers pays africains, ainsi qu‘ en Suisse, en Belgique et en France.

 

En lien

 

http://roselyne-83.spiritualite.over-blog.com/article-bruno-groening-118486075.html

Voir les commentaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires
F
my own prayer 20h by 24h.....<br /> <br /> je vois et j entends bruno groning et jésus.....
Répondre

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog